Hicham Talaat Moustafa condamné à mort pour le meurtre de Suzanne Tamim

Publicité

Un magnat égyptien de l'immobilier et pilier du parti au pouvoir, Hicham Talaat Moustafa, a été condamné à mort jeudi pour le meurtre d'une chanteuse libanaise avec laquelle il aurait eu une relation intime.

Le juge du tribunal pénal du Caire a ordonné que l'homme d'affaires soit pendu pour avoir commandité ce crime. Un policier égyptien à la retraite, Mohsen al-Soukkari, jugé dans le même procès, a été condamné à mort par pendaison pour avoir exécuté le meurtre de Suzanne Tamim, 30 ans.

L'audience s'est déroulée au milieu de strictes mesures de sécurité. Le tribunal a soumis son verdict à l'aval du mufti d'Egypte, les condamnations à mort devant être autorisées par cette plus haute autorité religieuse du pays. L'audience pour connaître son avis a été fixée au 25 juin.

Les deux condamnés, présents au tribunal, peuvent interjeter appel.

L'épouse de M. Moustafa, qui a assisté à l'audience, s'est évanouie à l'annonce du verdict. A Beyrouth, Abdel Sattar Tamim, le père de la victime, a indiqué à l'AFP que la famille était satisfaite du jugement et qu'elle attendait désormais l'avis du mufti.

"Nous avons pleine confiance dans le système judiciaire égyptien et nous attendons la décision finale", a-t-il dit, ajoutant que la famille était en "contact étroit" avec les avocats au Caire.

L'affaire, mélange de meurtre, de pouvoir, de show-business et de sexe, a été très suivie au Liban et en Egypte, un pays où les puissants hommes d'affaires font rarement face à la justice.

Les autorités ont imposé un black-out médiatique sur le procès ouvert en octobre 2008 et poursuivi des journalistes ne l'ayant pas respecté.

M. Moustafa, 49 ans, un pilier du Parti national démocrate (PND), est accusé d'avoir payé Soukkari deux millions de dollars pour tuer Suzanne Tamim, retrouvée morte le 28 juillet 2008 dans son appartement de Dubaï, atteinte de plusieurs coups de couteau et la gorge entaillée.

Selon l'accusation, après avoir surveillé son appartement, M. Soukkari s'y était rendu en se présentant comme un employé de l'immeuble et l'avait poignardée à mort.

M. Soukkari, arrêté en août, avait dans un premier temps avoué avoir agi à l'instigation de M. Moustafa, mais les deux hommes avaient plaidé leur innocence devant le tribunal.

La chanteuse, à qui la presse arabe prêtait une vie sentimentale tumultueuse, s'était fait connaître après avoir gagné un concours de jeunes talents en 1996.

Elle avait eu, selon la presse égyptienne, une relation intime avec M. Moustafa durant trois ans qui s'était terminée quelques mois avant le meurtre. Elle avait alors quitté l'Egypte pour Londres, avant de s'installer à Dubaï.

M. Moustafa, qui dirigeait Talaat Mustafa Group, une société pesant plusieurs milliards de dollars, est également membre du Conseil consultatif (Sénat). Son immunité avait été levée et il avait été remplacé par son frère à la tête de l'entreprise.

Après le verdict, les actions de la société présente dans le secteur touristique à travers la construction, l'immobilier et les projets de luxe, reculaient de 18% dans les premiers échanges à la Bourse du Caire.

AFP


    Abdelilah Benkirane
    lun, 20/10/2014 - 14:37

    Est-ce que le thé, les pâtes, le riz et les logements sociaux vont augmenter en 2015 ? C’est en tout cas ce que prévoit le gouvernement dans son projet de loi de Finances 2015.

    CAN 2015 : Michel Platini pense qu’il faut tenir compte de l’avis des instances
    lun, 20/10/2014 - 14:35

    Invité du « Club du dimanche » sur BeIn, Michel Platini a bien évidemment été interpellé au sujet de la demande du Maroc de reprogrammer la Coupe d’Afrique des Nations 2015.

    Loi de Finances 2015
    jeu, 16/10/2014 - 16:39

    C’est le 20 octobre que le projet de loi de Finances 2015 sera soumis au parlement. Si rien n’a pour le moment filtré, il semblerait que la TVA puisse subir des ajustements.

    Dossier du Sahara : le Polisario cible la Minurso
    jeu, 16/10/2014 - 16:35

    Faute de pouvoir faire pression sur l'envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, le Polisario joue la carte de la Minurso.

    Tanger : Encore un avion victime d’un faisceau laser
    mer, 15/10/2014 - 11:59

    Après Oujda, c’est à Tanger qu’un avion a été pris pour cible par des faisceaux lasers, un acte qui aurait pu avoir des conséquences catastrophiques.

    Fin septembre, c’est un vol de Royal Air Maroc, devant atterrir à Oujda, qui avait été la cible de deux faisceaux lasers. Cette fois-ci, c’est un vol d’Air Arabia qui se posait à Tanger qui a été pris pour cible par de tel faisceaux lumineux.