Economie

Observatoire du tourisme : mieux cibler le tourisme d’affaires

Alors la destination Maroc est satisfaisante pour de nombreux clients. Elle pourrait mieux faire sur certains marchés de niche, comme le tourisme d’affaires.
A l’occasion d’une conférence récemment organisée à Rabat, le ministre du Tourisme Lahcen Haddad a insisté sur l’importance du tourisme d’affaires. Dans son dernier rapport, l’Observatoire du tourisme a repris cette idée en creusant le potentiel de cette niche à forte valeur ajoutée.

Alors que la crise et la récession ont touché les pays industrialisés, le marché du tourisme d’affaires a évolué ces dernières années. Pourtant, il est toujours aussi porteur, toujours avec autant de valeur ajoutée, malgré le fait que les entreprises privilégient dorénavant des destinations moins chères et des séjours plus courts.

Alors que le Maroc tente de mettre en avant d’autres atouts que simplement le prix, l’objectif premier du Maroc est de séduire ces entreprises par d’autres synergies afin de pouvoir rallonger les séjours en misant sur des activités culturelles ou sportives.

Si les atouts du Royaume en matière de tourismes d’affaires sont indéniables, le Maroc souffrent également de gros points noirs, que cela soit le manque d’organisation, des tarifs souvent prohibitifs, des liaison aériennes insuffisantes, un manque de moyens et de savoir-faire, un tissu urbain dégradé, un manque de propreté et de sécurité, une offre culturelle faible, une promotion insuffisante, sans parler de tout le restes des points qu’il faudrait également améliorer.

De plus, point primordial pour proposer du tourisme d’affaire, les infrastructures disponibles sont rares à proposer des équipements de meetings digne de ce nom, des installations pouvant servir à organiser des conventions ou des foires Elles ne sont que 631 dans tout le Royaume, soit 287 salles de réunion d’hôtels, 239 salles de conférences, 54 amphithéâtres, 25 complexes culturels, 4 palais des congrès et quelques autres équipements.

Dès lors, avant de pouvoir miser sur cette niche, le Maroc doit d’abord renforcer son offre en la matière. Certes ces investissements ont un coût, mais il ne fait pas non plus négliger qu’un touriste normal dépense en moyenne 950 dirhams par nuitée alors qu’un touriste d’affaire dépense lui 1 400 dirhams par nuitée.

Maintenant que des jalons ont été lancés dans cette direction, il ne reste plus qu’à espérer que le Maroc puisse s’engouffrer avec succès sur ce créneau.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2015 Biladi Maroc.

To Top