Général

Hospitalisé, un homme meurt carbonisé lors de l’incendie de sa chambre

Qu’est-il arrivé à Rachid Joundy ? Cela semble encore peu clair. Il semble qu’il soit mort carbonisé dans sa chambre d’hôpital.

C’est parce que « Il était un peu fatigué et ne prenait plus ses médicaments » que la famille de Rachid Joundy (76 ans) a décidé d’hospitalisé cet homme à la Clinique Notre-Dame de Casablanca. C’est ce qu’a expliqué un proche du défunt.

Qu’est-il arrivé à Rachid Joundy ? Cela semble encore peu clair. Il semble qu’il soit mort carbonisé dans sa chambre d’hôpital.

C’est parce que « Il était un peu fatigué et ne prenait plus ses médicaments » que la famille de Rachid Joundy (76 ans) a décidé d’hospitalisé cet homme à la Clinique Notre-Dame de Casablanca. C’est ce qu’a expliqué un proche du défunt.

Les choses se sont mortellement compliquées durant la nuit de samedi à dimanche dernier.

Le lendemain, Rachid Joundy, son épouse, a en effet reçu un appel de la clinique lui annonçant que son mari est décédé suite à un incendie dans sa chambre.

« On ne connait pas l’origine de l’incendie, une enquête est en cours », a précisé une source proche du dossier. « Selon le rapport de police, il avait les bras attachés. Il a certainement crié pendant l’incendie et personne ne lui est venu en aide. Il est mort carbonisé des pieds à la tête ».

Mais selon d’autres témoignages, les versions divergents. Alors que le personnel infirmier indique que Rachid Joundy serait décédé dans sa chambre, d’autres personnes prétendent qu’il serait mort dans une ambulance lors d’un transfert dans la nuit vers les urgences d’Ibn Rochd.
Le flou est par ailleurs alimenté par la clinique. Le proche du défunt indique en effet que « Ce qui est très grave, c’est que le lendemain du décès, les meubles ont été retirés et la clinique a repeint la chambre », ce qui correspond clairement à masquer les éventuelles preuves de négligence.

Contacté par téléphone, le directeur de l’établissement ou plutôt son assistante, explique de son côté que « Il y a eu une fuite d’eau dimanche dernier, pas d’incendie ».

Qui croire ?

Pour l’heure, dans ce gros flou sur ce qui s’est réellement passé, la famille du défunt indique que « Nous allons engager une procédure judiciaire à l’encontre de la clinique. Nous voulons juste connaitre la vérité et que la police fasse son travail. Ce qui est arrivé le week-end dernier pourrait arriver à une autre personne si nous ne faisons rien ».

Cette attitude est parfaitement compréhensible vu les divergences des explications.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2015 Biladi Maroc.

To Top