Maroc

Amendis : Question posée devant le parlement

Alors que des manifestations sont une nouvelle fois prévues contre la cherté des factures d’Amendis, le sujet a été abordé au parlement lors de la séance des questions orales.

Alors que des manifestations sont une nouvelle fois prévues contre la cherté des factures d’Amendis, le sujet a été abordé au parlement lors de la séance des questions orales.

C’est ce samedi 14 novembre que les habitants de Tanger, Tétouan, Fnideq et Martil, mais certainement aussi Larache et Ksar el Kébir, vont manifester une fois de plus contre la cherté des factures d’eau et d’électricité d’Amendis. Désormais, le problème ne se cantonne plus seulement aux villes du Nord vu que le député Bachir Abdellaoui, aussi maire de Tanger, a amené le sujet devant le parlement.

C’est à l’occasion de la séance des questions orales du mardi 10 novembre qu’il a accusé Amendis « de ne pas respecter les termes de son contrat ».
Le député a notamment critiqué la lenteur du déploiement des compteurs individuels, le faible niveau de lecture des compteurs en temps réel, ou encore les « 40 000 factures révisées jusqu’à présent » sur les 540 000 compteurs d’eau et d’électricité de la seule ville de Tanger.

Il a aussi critiqué l’absence de révision quinquennale depuis la conclusion du contrat en janvier 2002, l’inefficacité du comité de suivi piloté par le ministère de l’Intérieur.
Bachir Abdellaoui a souligné que « la rue demande le départ d’Amendis, pas le départ du gouvernement ».
Comme rien ne peut changer sans l’accord du ministère de Mohamed Hassad, le gouvernement se trouve tout de même sous le feu des projecteurs au sujet de ce dossier.
De plus, c’est le PJD qui gère les communes de Tanger et de Tétouan, parti qui compose également le gouvernement.
En conclusion, il faudra bien que quelqu’un, au niveau politique, fasse quelque chose. Car les manifestations se succèdent. Et si rien n’est fait pour satisfaire les revendications de la population, les gens redescendront dans la rue.

Il semble que cela commence d’ailleurs à bouger vu que, à Tétouan, avec des contacts pris pour aboutir à la réduction du nombre de compteurs collectifs et plus de compteurs individuels. Mais pour calmer la population, il ne faudra pas seulement des promesses, mais aussi des faits.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2015 Biladi Maroc.

To Top