Monde

Nucléaire nord-coréen: les pourparlers butent sur les prétentions de Pyongyang

Les pourparlers multilatéraux de Pékin visant à convaincre la Corée du Nord de renoncer à ses programmes nucléaires n’ont pas débouché sur un accord dimanche, et les discussions se poursuivront dans les prochains jours, a annoncé le négociateur en chef japonais, Kenichiro Sasae.

« Je pense que la situation reste difficile », a déclaré M. Sasae à la presse. « Demain, on verra plus clairement dans quelle direction vont les choses, si les discussions se dirigent vers un règlement ou non ».

L’émissaire japonais avait expliqué peu auparavant que la signature d’un accord était bloquée, au quatrième jour de laborieuses tractations, par les exigences des négociateurs de Pyongyang.

« Le problème, c’est que la Corée du Nord a des attentes et des exigences excessives. A moins qu’elle ne révise sa position, il sera difficile de parvenir à un accord », avait déclaré M. Sasae.

« Il reste un vaste et sérieux fossé entre la position de la Corée du Nord et la nôtre », avait averti le représentant nippon, dont le pays prône une ligne dure contre la dictature stalinienne de Pyongyang.

Un peu plus tôt, le négociateur en chef américain, Christopher Hill, avait pourtant affiché l’espoir de boucler les consultations avant la fin de la journée, exhortant ses homologues à trouver rapidement un consensus.

Sans spécifier la nature du point de blocage en suspens, M. Hill avait seulement déclaré qu’il « relevait davantage du champ des spécialistes ».

Le représentant russe, Alexandre Lossioukov, qui se disait encore confiant la veille, a changé de ton dimanche, laissant entendre que les participants devraient peut-être se contenter de l’adoption d’un texte moins ambitieux que prévu.

« Mais cela ne signifie pas un échec », a affirmé M. Lossioukov, cité par l’agence de presse Xinhua (Chine nouvelle).

Les négociateurs des six pays (la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Chine, les Etats-Unis, le Japon et la Russie) travaillent sur la base d’un projet d’accord présenté par la Chine, hôte de ces discussions marathon qui ont débutées sous son égide en août 2003.

Selon des informations de presse, le texte en examen prévoit le gel, dans les deux mois, de la principale installation nucléaire nord-coréenne en échange d’une aide énergétique. Le réacteur de Yongbyon, à 90 kilomètres au nord de Pyongyang, produit du plutonium susceptible d’être utilisé à des fins militaires.

Pyongyang exigerait, en contrepartie de mesures préliminaires à l’abandon de ses programmes, d’importantes aides énergétiques dont la fourniture de deux millions de tonnes de produits pétroliers, selon l’agence de presse japonaise Kyodo.

M. Sasae a confirmé dimanche que les revendications nord-coréennes dans le domaine énergétique constituaient un obstacle. « C’est effectivement l’un des plus gros problèmes », a-t-il déclaré en réponse à une question.

Une précédente session de négociations en décembre à Pékin s’était achevée sans avancée après que la Corée du Nord eut réclamé la levée de toutes les sanctions contre elle, celles décrétées par les Etats-Unis et celles imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU en représailles à l’explosion de sa première bombe atomique le 9 octobre 2006.

Lors d’une rencontre bilatérale tenue à Berlin à la mi-janvier avec son homologue nord-coréen, M. Hill avait réitéré ses gestes d’ouverture, répétant que les Etats-Unis et les autres négociateurs pourraient recourir à des mesures incitatives économiques ou diplomatiques pour arracher le consentement de Pyongyang.

En vertu d’un précédent accord conclu en septembre 2005, la Corée du Nord avait accepté d’abandonner ses programmes nucléaires en échange de garanties de sécurité, d’une assistance économique et d’une amélioration des relations avec les Etats-Unis.

Mais deux mois plus tard, Pyongyang avait renié ses engagements pour protester contre des sanctions américaines infligées contre une banque de Macao accusée de blanchiment d’argent au profit du régime nord-coréen.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2015 Biladi Maroc.

To Top